Posts Tagged ‘xénophobie’

La xénophobie

dimanche, 18 septembre 2016

le-racisme-39646090

Xénophobie: Tiré du grec xenos, « étranger ». Hostilité à ce qui est étranger, haine de l’étranger. (Dictionnaire Le Robert)

Malheureusement, c’est un phénomène qui se répand en Europe et aux États-Unis. Si on lit les journaux ou si on regarde la télé on a l’impression d’assister à la montée de l’hostilité à tout ce qui est différent, à tout ce qui nous paraît étranger.

En France, à peine un ou deux mois après l’interdiction du burkini nous avons une proposition d’interdire les prénoms musulmans en France – du moins, de la part d’un journaliste, Éric Zemmour. Selon Zemmour, « donner un prénom qui n’est pas français à ses enfants, c’est ne pas se détacher de l’islam, c’est vouloir continuer la tradition islamique en France et c’est vouloir transformer la France en un pays de plus en plus musulman ». Quand il a critiqué Rachida Dati, ancienne ministre de la Justice, qui a prénommé sa fille Zohra, elle a réagi violemment: « Qu’il se fasse soigner! C’est pathologique, non?…Est-ce que vous trouvez scandaleux de donner le prénom de votre maman (d’origine algérienne) à un de vos enfants? J’ai adoré maman qui a disparu trop tôt. J’ai une petite fille, je l’ai appelée comme maman. Comme font des millions de Français et comme cela arrive tous les jours. »

Eric Zemmour

Eric Zemmour

La xénophobie est partout. La décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne (Brexit) a déclenché une série d’attaques racistes contre les immigrés, surtout ceux de l’Europe de l’est. La plupart du temps, il s’agissait d’insultes ou intimidation. Mais le 30 août dernier, à Harlow, un Polonais de 40 ans a été tué par une bande d’une vingtaine de jeunes. Son « crime » ? Il parlait avec un ami en polonais.

Le succès de Donald Trump comme candidat présidentiel est pour le moins inquiétant quand on pense que ses déclarations qui font les gros titres des journaux sont presque toutes de nature xénophobe. Sa proposition d’interdire l’entrée des musulmans aux États-Unis, son mépris des Mexicains  (« Le Mexique nous amène la drogue, le crime et les viols… »), son désir de faire construire le fameux mur entre le Mexique et les États-Unis – tout cela relève de la xénophobie.

Que nous soyons Américains, Français, Britanniques ou Irlandais, il ne faut pas oublier qu’à un certain niveau, au sens historique, nous sommes tous des immigrés et nous étions tous, à un moment de notre histoire, des étrangers.

À vous maintenant…

Écoutez cet extrait d’une émission de RTL dans laquelle Éric Zemmour s’exprime sur les prénoms et répondez aux questions:

 

  1. What does he say is likely to happen when Jewish families choose Jewish names for their children?
  2. What does giving your child a name from an American TV series indicate?
  3. What does Zemmour say the ‘prénom’ indicates?
  4. What does the choice of a French ‘prénom’ indicate?
  5. How does he conclude his piece?

 

Publicités

A Nation of Emigrants

lundi, 11 juin 2012

Famine Memorial by Rowan Gillespie. Photo Daytripper.

– What ish my nation? Who talks of my nation? (Macmorris in Henry V – Shakespeare)

–  A nation? says Bloom. A nation is the same people living in the same place. (Ulysses – Joyce)

Marine le Pen, chef du Front national, parti de l’extrême droite, était placée en troisième position au premier tour de l’élection présidentielle avec un score historique de 18% des voix, un succès alarmant pour tous ceux qui luttent contre la xénophobie et le racisme en France. L’immigration est le grand thème de ses discours:  « Nous n’avons pas besoin d’immigration de travail, parce qu’il n’y a pas de travail et que dans cette période difficile le peu qui existe doit d’abord profiter aux nôtres!  » C’est peut-être un argument qui a des éléments solides au niveau économique mais c’est le possessif « nôtres » qui provoque une certaine inquiétude. Encore un extrait d’un de ses discours et encore ce possessif:  « Cette arrivée massive, en un temps très bref, vingt ou trente ans, de femmes et d’hommes ayant pour une très grande majorité une culture très différente de la nôtre, rend toute assimilation inopérante voire impossible.»  La question se pose désormais: À qui appartient la France ou l’Irlande ou n’importe quel autre pays? À ceux qui y sont nés? Dans un monde où nous sommes tous liés par internet et Skype, où on peut voyager facilement d’un pays à un autre,  où nous avons des appartements à l’étranger, peut-on toujours parler de « nous » et « eux »?

Les Irlandais ont toujours émigré, le plus souvent pour des raisons économiques ou politiques. Pendant la période de la Grande Famine plus de 1,5 millions de personnes ont émigré vers les États-Unis ou l’Angleterre. Ils n’ont pas toujours été accueillis les bras ouverts:

Mais la diaspora irlandaise est maintenant bien installée un peu partout et même Barack Obama réclame ses racines irlandaises.

Les dernières statistiques du Central Statistics Office révèlent qu’ici en Irlande nous sommes un pays en transition. Depuis la mort du tigre celtique, l’émigration connaît de nouveau une hausse.  Selon le CSA, le nombre de personnes de nationalité irlandaise qui ont émigré a augmenté de 27.700 à 40.200 entre avril 2010 et avril 2011 – une augmentation de cinquante pour cent en un an. Mais pendant la même période le nombre d’immigrés a aussi augmenté de 30.800 à 42.300. En 2007, juste avant l’explosion de notre bulle immobilière, on a recensé un record de 109.500 immigrés dont 62% venaient d’autres pays européens –  ce qui fait que nous changeons: ni meilleurs, ni pires… différents, voilà tout.

Que Marine Le Pen se rassure. S’il y a beaucoup d’immigration, la France, elle aussi, connaît l’émigration. Selon The Sunday Times d’hier, il y a tant de Français (presque 400.000) habitant Londres ou la région londonienne que Nicolas Sarkozy l’avait surnommée Paris-sur-Tamise et Londres peut maintenant être considérée la sixième ville française.

À vous maintenant…

Écoutez cet extrait (ralenti) de l’émission Les Grosses Têtes diffusée le 6 juin où Philippe Bouvard parle avec Gérard-François Dumont, démographe, au sujet des Français à Londres. Merci à RTL.

  1. How many French people does Bouvard say are living in London?
  2. Why do we not know the exact figure, according to Dumont?
  3. What is the official figure for French people registered as living in the U.K.?
  4. What correction does Dumont make to Bouvard’s claim that London is the ‘sixth largest French city’?
  5. Where does Dumont rank London as a ‘French’ city in terms of the numbers of French nationals?
  6. What four other cities have large numbers of French nationals?
  7. BONUS POINTS!  Identify the difference between how Bouvard and Dumont pronounce one of those cities.

%d blogueurs aiment cette page :