Posts Tagged ‘macron’

Le maquillage de Macron

dimanche, 10 septembre 2017

Emmanuel Macron

Cela fait seulement quatre mois maintenant qu’Emmanuel Macron est au pouvoir et depuis son élection il ne cesse de chuter dans les sondages de popularité. Selon un sondage réalisé pour le HuffPost, la cote de popularité du président de la République est passé récemment de 43%  à 36%. Pourquoi ? Qu’est-ce qui explique une telle chute de popularité ?

On lui reproche surtout d’être un peu arrogant. Son prédécesseur, François Hollande, se voulait « un Président normal », un homme du peuple. Macron, en revanche, a annoncé pendant sa campagne électorale que la France avait besoin d’un Président « jupitérien », c’est-à-dire comme Jupiter, le roi des dieux chez les Romains : donc, sérieux, noble, divin même. Autrement dit, pas comme Hollande qui a été photographié, casque de moto sur la tête, descendant de son scooter devant l’appartement de sa maîtresse. Le choix de Jupiter plutôt qu’un autre personnage de la mythologie, Sisyphe, par exemple, lui vaut des commentaires critiques de la part de beaucoup de gens qui parlent de son autoritarisme et de son mépris des classes populaires.

Hollande et son scooter

Alors, il y a aussi toute une série de « couacs » (des fausses notes ou des erreurs) qui expliquerait cette chute. D’abord, lors de la visite officielle de Donald Trump au mois de juillet, il l’a emmené dîner au très prestigieux restaurant Le Jules Verne situé au deuxième étage de la Tour Eiffel ; lors de la visite officielle de Vladimir Poutine, il l’a invité diner au somptueux palais de Versailles. Beaucoup de Français se disent que, bien sûr, quand on est homme politique il faut accueillir les chefs d’état mais quand il s’agit de deux Présidents aux égos surdimensionnés il vaut mieux le faire discrètement.

Deuxièmement, il y a le couac militaire. En juillet il s’est disputé avec le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées, le plus haut responsable militaire français. De Villiers avait critiqué des coupes budgétaires et avait menacé de démissionner. Macron a profité de son discours la veille du 14 Juillet pour lui remonter les bretelles – en public : « Je suis votre chef. Les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir et je n’ai à cet égard besoin de nulle pression et de nul commentaire ». Le général a pris cette humiliation publique très mal et il a démissionné le 19 juillet.

Mais la révélation que Macron a dépensé 26.000 euros sur le maquillage en trois mois est pour beaucoup de Français la goutte qui fait déborder le vase. Tout le monde comprend que l’écran de télé et les téléobjectifs des paparazzis ne pardonnent pas le moindre bouton ou point noir et qu’il faut cacher ses petites imperfections – mais 26.000 euros, quand même ! Face aux critiques qui disent que 26.000 euros est une somme astronomique, la réponse de Macron est jupitérienne – c’est-à-dire qu’il n’y en a pas. Ce qui laisse supposer que, comme la femme dans la publicité pour l’Oréal, il le justifie en se disant : « Parce que je le vaux bien ! »

À vous maintenant…

Écoutez cet extrait du discours d’Emmanuel Macron et répondez aux questions:

  1. Who needs France?
  2. What sort of France do they need?
  3. What voice does France have?
  4. What have French people taught the world?

 

Publicités

Plus blanc que blanc?

dimanche, 12 mars 2017

 

 

 

Le premier tour des élections présidentielles françaises aura lieu dimanche le 23 avril et le deuxième tour  deux semaines après, dimanche le 7 mai. Naturellement en ce moment on parle sans cesse  dans les journaux et à la télévision des trois candidats principaux à la magistrature suprême, autrement dit, la présidence : Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron.

Si vous avez étudié un peu le latin vous connaissez peut-être l’étymologie du mot candidat : le mot nous vient du latin candidus, ce qui  signifie blanc. Dans le monde antique, seuls les citoyens romains avaient le droit de porter la toge blanche. À Rome, à l’époque des empereurs, un candidat à une fonction publique essayait donc de se différencier des autres citoyens par l’éclat de sa toge. Le blanc étant un symbole de pureté et d’honnêteté, il essayait de porter une toge plus blanche que blanche ! L’ironie c’est que la seule lessive qui lavait plus blanc que blanc à l’époque était une substance considérée polluante, l’urine. Alors le candidatus apportait ses toges régulièrement chez le fullo, dont le métier consistait à tremper les toges dans des fûts remplis d’urine.

François Fillon

Et qui sont ces trois candidats et sont-ils plus blancs que blancs ? D’abord, prenons François Fillon du parti Les Républicains : ancien Premier ministre sous Nicolas Sarkozy, Fillon vit actuellement une période difficile. Le journal satirique Le Canard enchaîné a révélé en janvier que sa femme, Penelope, d’origine galloise, a touché des sommes astronomiques (500.000 €) en tant qu’assistante parlementaire de son mari. Le seul problème c’est que, selon le Canard, en réalité, elle n’a jamais vraiment travaillé pour son mari – en somme, c’était un emploi fictif.

Marine Le Pen

Deuxièmement, Marine Le Pen : présidente du Front national, parti de l’extrême droite, elle est accusée par le Parlement européen d’avoir payé la somme de 339.000 euros à des assistants fantômes. En plus, le Parlement estime qu’elle a détourné de l’argent européen au profit de son  garde du corps personnel et son ancienne belle-sœur.

Emmanuel Macron

Troisième candidat, et le favori pour le moment, Emmanuel Macron : président du parti politique centriste En Marche !,  fondé en avril 2016.  Ancien ministre de l’Économie, Macron se distingue de la plupart des politiques de deux façons : il n’a  jamais été élu à quoi que ce soit et il a épousé sa prof de français, son ainée de 24 ans. Lui aussi est accusé d’un détournement de fonds : selon deux journalistes, quand il était ministre, Macron aurait détourné 120.000 euros destinés à son ministère. On prétend qu’il aurait utilisé cet argent  pour sa campagne politique.

Vous connaissez la formule : « Nous avons les hommes et femmes politiques que nous méritons» ? Ce n’est pas très rassurant comme idée. L’autre soir, pendant son émission Quotidien, Yann Barthès a exprimé le mécontentement de beaucoup de Français :

 


%d blogueurs aiment cette page :