Les Lacs du Connemara

Michel Sardou

Top marks to the Clifden Chamber of Commerce who managed to get massive newspaper, television and radio coverage in France for a bash they organised in the Irish embassy in Paris.

Il y a quelques mois, pour créer un peu de publicité et pour attirer les touristes, les membres de la Chambre de commerce ont inventé l’honneur The Freedom of Clifden. Le premier récipiendaire c’était Ryan Tubridy, animateur de télévision et de radio, visiteur régulier à Clifden et, il faut le dire, cousin d’un des membres de la susdite Chambre. La semaine dernière, c’était Michel Sardou qui a été sélectionné. Mais qui est Michel Sardou?

 Si les Français connaissent le Connemara et s’ils le visitent pour ses paysages sauvages, ses montagnes, sa solitude et ses lacs c’est en partie grâce à l’influence d’une chanson: Les Lacs du Connemara de Michel Sardou. Enregistrée en 1981, la chanson est devenue une des chansons les plus célèbres en France. Sur une musique composée par Jacques Revaux, plus connu pour son succès planétaire avec Claude François Comme d’habitude (en anglais, My Way), Sardou nous parle d’une terre brûlée et mystérieuse, d’un Sean Kelly et sa femme Maureen qui, pour des raisons que je n’ai jamais comprises, se jette nue dans un lac.

Même si la plupart des Irlandais qui connaissent la chanson la trouvent insupportable, les Français, eux, l’adorent. Et pour récompenser Michel Sardou de ses services au tourisme irlandais, et (soyons honnêtes) pour créer aussi un peu de publicité pour l’Irlande, on vient de lui remettre les clés de Clifden, « capitale » du Connemara dans une cérémonie à Paris. Selon l’ambassade d’Irlande en France « L’Irlande et les habitants du Connemara en particulier ont souhaité par cette cérémonie rendre hommage à l’oeuvre et à l’homme qui ont permis de resserrer les liens fort chaleureux qui réunissent les Français et les Irlandais…la chanson Les Lacs du Connemara continue d’inspirer et d’enchanter le public en France et ailleurs, et fait désormais partie du patrimoine franco-irlandais. » Comme Tubridy, Sardou jouit désormais de certains privileges: il peut se faire couper les cheveux gratuitement, il peut se garer où il veut et il peut faire paître ses moutons sur les terres communes.

Bon, d’accord, c’est une chanson qui a eu énormément de succès en France mais, sans vouloir être trop cynique, est-ce qu’on peut prétendre qu’une chanson qu’on n’entend jamais à la radio en Irlande  et dont 99,9% des Irlandais ignorent l’existence fasse partie du « patrimoine franco-irlandais »?

À vous maintenant…

  1. How old is the song?
  2. What does Sardou say is wonderful about the Irish?
  3. What does he say about the key?
  4. Why did Sardou think the song would not be a success?
  5. What ‘miracle’ took place, according to Sardou?

Les Lacs du Connemara – Sardou/Delanoë/Revaux

Terre brûlée au vent
Des landes de pierre,
Autour des lacs,
C’est pour les vivants
Un peu d’enfer,
Le Connemara.

Des nuages noirs
Qui viennent du nord
Colorent la terre,
Les lacs, les rivières :
C’est le décor
Du Connemara.

Au printemps suivant,
Le ciel irlandais
Etait en paix.
Maureen a plongé
Nue dans un lac
Du Connemara.

Sean Kelly s’est dit :
« Je suis catholique.
Maureen aussi. »
L’église en granit
De Limerick,
Maureen a dit « oui ».

De Tiperrary
Bally-Connelly
Et de Galway,
Ils sont arrivés
Dans le comté
Du Connemara.

Y avait les Connor,
Les O’Conolly,
Les Flaherty
Du Ring of Kerry
Et de quoi boire
Trois jours et deux nuits.

Là-bas, au Connemara,
On sait tout le prix du silence.
Là-bas, au Connemara,
On dit que la vie
C’est une folie
Et que la folie,
Ça se danse.

Terre brûlée au vent
Des landes de pierre,
Autour des lacs,
C’est pour les vivants
Un peu d’enfer,
Le Connemara.

Des nuages noirs
Qui viennent du nord
Colorent la terre,
Les lacs, les rivières :
C’est le décor
Du Connemara.

On y vit encore
Au temps des Gaels
Et de Cromwell,
Au rythme des pluies
Et du soleil,
Au pas des chevaux.

On y croit encore
Aux monstres des lacs
Qu’on voit nager
Certains soirs d’été
Et replonger
Pour l’éternité.

On y voit encore
Des hommes d’ailleurs
Venus chercher
Le repos de l’âme
Et pour le coeur,
Un goût de meilleur.

Publicités

Étiquettes : , , , , , ,

Would you like to comment?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :