Nolwenn Leroy – Attaquée!

Nolwenn Leroy - victime de la plume de Fabrice Pliskin

The Irish like to think that they not only invented begrudgery but that they have developed it into a national pastime. However, to judge from various media attacks on Nolwenn Leroy, the pretty twenty-eight-year-old singer from Brittany, some French journalists are not far behind us.

D’accord, je suis un peu amoureux de Nolwenn Leroy, je l’avoue. Imaginez donc ma réaction quand j’ai lu un article d’une malveillance étonnante paru dans Le Nouvel Observateur du 10 mars où Fabrice Pliskin s’en prend à la jolie chanteuse bretonne dont l’album connaît un succès extraordinaire avec plus de 600.000 ventes. Il l’accuse de reprendre des chansons que tout le monde connaissait déjà dans le seul but de vendre des disques. Pour lui, le CD Bretonne est un disque purement commercial « où elle se borne à faire des tubes avec des tubes ». Pour finir en beauté, il ajoute: « Nolwenn Leroy [est] le premier robot de fabrication 100% bretonne. »

Alors, c’est un crime maintenant pour une chanteuse de vouloir vendre des disques? En lisant l’article, on se demande si Pliskin ne sait pas qu’il y a une différence entre « chanteuse » et  «musicologue». Nolwenn Leroy, vedette de La Star Ac, n’est ni musicologue  ni ethnologue: c’est une chanteuse. Bien sûr, il y a, comme Pliskin nous rappelle, « une base d’archives bretonnes riche de 90.000 enregistrements sonnés ou chantés » qu’elle n’a peut-être pas consultée, mais ce n’est pas son métier.

Quant à sa décision de sortir un disque de chansons en langue bretonne, gaélique et française, est-ce vraiment la décision typique d’une personne cyniquement commerciale? Si elle s’inquiétait des ventes, n’aurait-elle pas mieux fait de sortir un disque en anglais?  En tout cas, c’est toujours possible que son disque encouragerait les gens à découvrir la musique traditionnelle « pure et dure » que Pliskin semble préférer. Combien de personnes n’auraient jamais découvert Bob Dylan s’ils n’avaient pas écouté The Byrds, ou Joe Heaney s’ils n’avaient pas écouté Bob Dylan?

Mais l’accusation qui a touché Nolwenn Leroy au vif, et celle qui paraît encore plus ridicule que celle de s’intéresser seulement à l’argent, est qu’elle se sert de ses racines bretonnes  pour des raisons politiques, nationalistes, voire xénophobes, comme si chanter de sa région relevait du racisme. Même la photo de Leroy sur la pochette du CD n’a pas été épargnée: elle représente la chanteuse à cinq ans« en Bigouden, comme une preuve génétique de sa bretonnante traçabilité » . Donc raciste – CQFD!

Dans une réponse publiée dans Le Nouvel Observateur le 8 avril, Nolwenn Leroy affirme: « J’ai choisi de réaliser cet album sans aucune arrière-pensée, car mon attachement à la Bretagne et à sa culture est sincère. Mon projet n’a jamais été de mettre en avant mes origines et de m’inscrire ainsi dans une mouvance protectionniste…cet article m’a choquée et mise en colère. Je ne m’attendais pas à trouver pareille déloyauté intellectuelle et perfidie gratuite dans le Nouvel Observateur

Nolwenn parle de ses racines bretonnes…

Plus lentement, s’il vous plaît…

Voici la bande sonore du même extrait, mais au ralenti. Répondez aux questions:
  1. Where was she born?
  2. Where did she go to primary school?
  3. Why did she have to leave Brittany?
  4. With whom did she live when she left Brittany?
  5. What reminds her that she is Breton?
Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Would you like to comment?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :