Nolwenn Leroy

Nolwenn Leroy - une Bretonne bretonnante

As every schoolboy knows, the native languages of Ireland and Brittany share a common, if distant, ancestry. The musical links between the two countries are particularly well established and continue to strengthen. In the mid-seventies, Planxty, Clannad and The Bothy Band grabbed Irish folk music by the scruff of the neck, gave it a shot of energy and made it popular in Britain, Germany and France – especially in Brittany. During the same period, the Breton Alan Stivell was a regular visitor to these shores with his harp – and now Nolwenn Leroy has just arrived on the scene.

On peut parler d’une communauté celte mondiale. Le directeur du Festival Interceltique de Lorient, Lisardo Lombardia, parle des diasporas: «Je dis bien les diasporas. Car les mouvements migratoires que l’histoire de nos pays celtes de la façade atlantique a engendrés ont donné naissance à différentes communautés […] Gallois en Patagonie, Asturiens ou Cornouaillais au Mexique, Galiciens en Argentine, Irlandais, Écossais et Bretons en Amérique du Nord : il s’agit de personnes implantées depuis des générations, qui restent attachées à la culture de leurs racines, revendiquent une identité celte, font vivre la musique et la langue de leurs origines».

On a trop souvent tendance à se plaindre des émissions comme «The X Factor» ou son homologue français, «La Star Academy» en leur reprochant un manque de talent et une obsession avec une musique  qui se vend facilement. Mais la gagnante de Star Academy 2, Nolwenn Leroy, elle-même issue de la diaspora celte, a choisi un chemin moins populiste en redécouvrant ses racines celtes avec son nouvel album, sorti en décembre 2010, et intitulé tout simplement: «Bretonne». Parmi les titres sur cet album on trouve la chanson gaélique dont les paroles datent de la fin du dix-huitième siècle, «Mná na h-Eireann», et déjà enregistrée par Kate Bush, Mike Oldfield et Sinead O’Connor. À l’aide de quelques musiciens irlandais, elle a dépoussiéré quelques vieilles mélodies traditionnelles, dont celle-ci,  «La Jument de Michao»:

Paroles:

C’est dans dix ans je m’en irai
J’entends le loup et le renard chanter
(x2)
J’entends le loup, le renard et la belette
J’ entends le loup le renard chanter
(x2)
C’est dans neuf ans je m’en irai
La jument de Michao a passé dans le pré

La jument de Michao et son petit poulain
A passé dans le pré et mangé tout le foin
(x2)
L’hiver viendra les gars, l’hiver viendra
La jument de Michao, elle s’en repentira
(x2)
C’est dans huit ans…
c’est dans sept ans…

C’est dans six ans…
C’est dans cinq ans…
etc…

Et si cela vous tente, il y a aussi Mná na h-Eireann (Femmes d’Irlande):

Il y a une femme en Irlande /qui me donnerait une pierre précieuse/et tout ce que je veux boire/Il y a une femme en Irlande/pour qui ma voix est plus douce/que la musique des instruments…

Publicités

Étiquettes : , , ,

Une Réponse to “Nolwenn Leroy”

  1. Pierre Henri du Vair Says:

    Non seulement d’une merveilleuse beauté, c’est d’un trait enraciné; d’un ensemble qui réhausse tout ce qu’il enveloppe. Reconnaître ceci requiert beaucoup de profondeur. Et aussi de voir au delà de la capacité de l’oeil. Ainsi que de pouvoir bien lire entre les lignes…

Would you like to comment?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :